Disparus | Episode 1

Dans le cadre de l’année scolaire 2019-2020, les élèves de 4ème du collège de CONFOLENS (Charente) ont participé à des ateliers d’écriture organisés par Les Fabulations en partenariat avec le Service Départemental de la Lecture et le Conseil Départemental de la Charente.

Voici le premier épisode de leur série littéraire « Disparus ». Chaque semaine, un nouvel épisode paraîtra dans les couloirs du collège, sur le site internet de l’établissement ainsi que sur celui des Fabulations.

Vous pouvez également suivre sur youtube le teaser de chaque épisode en cliquant sur ce lien : YOUTUBE

Episode_1_Disparus

Transcription :

« Chers élèves de Confolens, à l’occasion de l’ouverture prochaine d’un nouveau parc d’attraction, le directeur invite tous les élèves du collège Noël-Noël à venir faire de la publicité en essayant les manèges et en étant photographiés et filmés. Merci de faire signer l’autorisation avant le 17 novembre 2019. »

Les élèves de 4e sont à l’atelier d’écriture et ils travaillent beaucoup. La séance se passe mal et les animatrices sont agacées. Les 4e ne veulent pas travailler car tous les autres élèves ont eu la chance de partir au parc d’attraction. Ils sont frustrés. Il y a un élève qui est malade, un autre qui est énervé et tous les autres sont dégoûtés de ne pas avoir été à la sortie. Un autre élève sorti dans le couloir veut aller boire mais il voit du sang dans le lavabo. Il revient en courant dans l’atelier et dit aux animatrices :

            « Il y a du sang dans le lavabo !!!

            -Calme toi, ça doit être de la peinture. Tu es vraiment sûr de toi ?

            -Oui venez voir ! »

Ils partent tous au lavabo et ils voient le sang. Ils regardent tous les couloirs. Ils sont vides. Les élèves et les professeurs ne sont toujours pas revenus. Ils n’entendent que leur propre respiration. Ils sentent leur cœur battre de plus en plus fort. Le stress monte et leur fait entendre des voix. Paniqués, ils courent partout dans le couloir, ils ouvrent les portes pensant désespérément qu’ils vont trouver quelqu’un. Personne.

Mathieu Camiboc a un verre de whisky à la main. Il est tard le soir et il regarde la télévision dans un vieux bar. Quelques gens y traînent seuls : le vieux Pierre, un dépressif largué par sa femme des années auparavant, puis cette cougar qui guette toujours les passants par la vitre, et enfin ce barman désespéré de voir toujours les mêmes personnes. L’inspecteur les ignore. Il a toujours son vieux chien sous le bras. Ce chien est un cadeau de sa vieille amie Ophélie tuée par une balle pour le protéger. En y repensant, il a des remords de ne pas avoir pu lui dire qu’il l’aimait. Plongé dans ses pensées, il n’entend plus à rien quand soudain, s’impose un flash infos.

« Nous venons d’apprendre que 350 élèves ont disparu à 17h dans le collège Noël Noël de Confolens en Charente. Les agents de sécurité ont retrouvé 11 élèves encore dans l’établissement. Ils les ont interrogés mais ils ne savaient rien. Ils étaient aussi choqués que les adultes. La sécurité a cherché dans toute la ville mais elle n’a rien trouvé. Quand nous aurons plus d’informations nous vous les ferons parvenir. »

Aussitôt, Mathieu Camiboc entend son téléphone vibrer dans sa poche. C’est le commissaire. Il prend une nouvelle gorgée de whisky et sort dehors pour répondre. Il hésite à répondre pourtant car il est proche de la retraite mais le commissaire insiste :

            « Mathieu ?

            -Oui commissaire ?

            -J’ai une affaire pour toi.

            -Quel est le boulot ?

            -As-tu entendu ce qu’il se passe ?

            -Oui, j’ai vu la disparition des élèves du collège de Confolens.

            -Ça te dirait de reprendre du service ?

            -J’en sais rien, est-ce que tu peux me laisser réfléchir ?

            -Non, c’est urgent. C’est la vie de centaine d’enfants qui est en jeu.

            -Alors oui, pour la vie des enfants. »

L’enquêteur retourne dans le bar et finit son whisky cul-sec. Il sort, monte sur sa moto, tourne la clé dans le contact, met son casque, regarde le rétro et dit :

            « Encore une affaire pour moi ! »

 

Auteur : lesfabulations

Ateliers d'expression créative en Nouvelle-Aquitaine Structure dirigée par Marie Gréau et Mathilde Durant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s