Textes des participants | Escape game littéraire « Dans l’ombre des lignes » | Cerizay

Tall Text YouTube Thumbnail (2)

 

Le 01 février 2020 de 14H30 à 17H00, les usagers de la médiathèque de Cerizay ont été piégés dans un ancien sanctuaire littéraire. Pour s’en sortir, ils ont dû affronter la colère des esprits du lieu, résoudre des énigmes mais surtout écrire !

Entre malédictions, sorts et enchantements, les écrivants se sont parfois retrouvés piégés au sein de leurs romans préférés et ont dû composer de nouvelles histoires pour en réchapper.

Sur cette page, vous trouverez les créations qui sont nées de cet après-midi d’aventures littéraires. Nous vous invitons à lire le travail de nos participants et à laisser un commentaire.

Pour visionner la vidéo récapitulative de l’atelier il vous suffit de cliquer ICI

 

_______

 

Texte 1

Il est midi… je dois déjà me lever ! Quelle soirée d’enfer encore hier soir ! Fichtre on a encore abusé… Entre les verres de tisane de thym et de serpolet et les lignes de lavande. Waouh ! C’est dur. Bon, un séjour au soleil s’impose. Tsssss ! Tsssss ! Tssss ! Mmmm ! Ça vous réchauffe les élytres ! Un vrai bonheur ! Tiens ! Tiens ! Qui arrive ! C’est ma voisine la fourmi !

« Salut ! Encore au boulot ?
– Moque-toi donc ! Je te l’ai déjà dit, quand l’hiver va venir, verra bien qui rira la dernière!
– Te casse pas la tête pour moi ! Pas de risque. Tu te souviens quand tu m’as déjà fait des remarques au printemps « tu perds ton temps ! », « fais un boulot sérieux ! », « il serait temps de trouver un vrai travail » ?
– Oui, je m’en souviens bien et je pense toujours la même chose !
Eh bien, j’ai fait une vidéo sur Youtube de mes chansons et j’ai eu un million de followers. Michou, tu sais le gars du cabaret de Paris, m’a remarquée. Il venait d’ouvrir un nouveau lieu, « Vivre au soleil » ça s’appelle, et il m’a prise comme tête d’affiche ! Plus besoin de travailler ! Je chante, je m’amuse, et en plus je suis bien payée !
-Oui mais, tu penses à ta retraite? Prise en compte de toute ta carrière, nombres de points ? Pas de RTT toute la vie ? Crois moi quand tu auras fini de chanter à la fin de ta vie, tu verras à l’EPHAD ce sera dur.
-Je m’en fous j’ai ouvert un compte aux îles Caïmans. Quand j’aurai fini de chanter j’irai danser au soleil. »

Texte 2

Pourquoi ? Pourquoi ? Avait-il accepté ce pari ?
« Restez caché après la représentation de magie dans le théâtre ».
Nathan ne le savait pas. Tout ce qu’il savait, c’est qu’il avait peur. Bien sûr qu’il était grand ! Il venait d’avoir 10 ans après tout ! Mais quand même… Déjà, pendant le spectacle, Monsieur Magimix l’avait impressionné ! Il lui avait fait peur pour tout dire, mais ça, il ne l’aurait jamais dit à Chloé. Elle se serait moquée de lui et pour Nathan, l’avis de Chloé c’était le plus important. Bref ! Dans le noir le plus complet, le garçon n’en menait pas large. Il avait promis de découvrir comment marchait la boîte avec laquelle le magicien découpait sa compagne et la recollait ensuite. Il devait avancer. Pas à pas, en se plaquant au fauteuil, Nathan se dirigea vers les coulisses… Le premier rang… Quelques pas vers la gauche… La petite porte… Oui ! Elle s’ouvre ! Un couloir éclairé seulement par le panneau « Sortie ». La boîte !! Nathan se dirigea vers elle et commença à la toucher mais soudain, Magimix se dressa devant lui ! Son regard… Oh ! Ce regard ! Son pouvoir incandescent fît disparaître l’obscurité et sous cet éclat aveuglant, le magicien lança son incantation « Curiosité ! Curiosité ! Jamais mes secrets ne perceront ! » Ce n’est que bien plus tard que les techniciens, en rangeant le matériel dans le camion, se rendirent compte qu’il y avait eu, en plus des objets usuels, un nouveau mannequin de jeune garçon aux yeux apeurés qui brillaient comme des bijoux !

Anonyme

 

_______

Il faisait froid, l’humidité de cette caverne sombre donne des frissons dans le dos. D’un pas, pas des plus rassuré, Paula avance. Une rivière apparaît, elle décida, à ce moment, de suivre le cours d’eau ne pouvant faire demi-tour à cause des roches tombées sur l’ouverture où elle s’était aventurée. Elle remarqua plusieurs phénomènes déstabilisant durant son périple, cependant la brume l’empêcha de voir quoi que ce soit. Seuls les bruits lui firent reconnaître des lamentations, ou toutes sortes de plaintes. La peur l’envahi, c’est pourquoi ses pas, petits à petits, devinrent de plus en plus rapides. Paula, désormais, court à vive allure, pendant une trentaine de minutes environ. À ce moment là, elle s’arrêta, le souffle entrecoupé, essoufflée par cette course non préparée,
conduite par la peur. Elle remarqua alors ce palace, aussi sombre que la totalité de cette grotte, mais où se trouve-telle ? Elle ne sait pas, aucune idée ne lui vint. Paula avance persuadée de trouver derrière cette porte des réponses sur ce qu’est cet endroit, et surtout comment retrouver son chemin, retourner auprès de sa vie. Elle se trouve maintenant devant cette porte qui mesure une dizaine de mètres de plus qu’elle. Elle observa alors cette inscription : « Son pouvoir incandescent fit disparaître l’obscurité », elle ne comprit pas ce qu’il se passait, mais la porte s’ouvrit, elle se trouva, dans un premier temps, devant cet animal sorti de l’imaginaire, noir, à trois têtes, aussi féroce qu’un lion ou n’importe quel autre prédateur. Soudain noir complet.
Quand Paula ouvrit les yeux, elle contempla cette obscurité, sa seule compagnie. Elle se rappela alors cette formule sur la porte d’entrée, elle comprit que pour s’enfuir il lui fallait de la lumière, mais comment faire ? Elle se leva d’un pas décidé et chercha en touchant le mur à la recherche d’un interrupteur. Mais rien. Rien, aucun moyen de faire de la lumière. C’est comme ça que Paula mourut, dans la pire des façons. Devenue folle à cause de la noirceur, de la faim, de la soif, elle commença par se manger les membres. Et ainsi de suite. Personne ne sut vraiment ce qui lui était arrivé, était-elle encore en vie ? Personne ne sut, n’ayant pas retrouvé de corps, son corps si jeune. Mais un jour, un certain Henri vécu la même histoire, il se retrouva dans cette même pièce, où se trouvait Paula, ainsi qu’Edward, Bella, Rosie, Jean, et tant d’autres. Mais contrairement aux cadavres, il arriva à s’échapper par la porte qui n’était pas fermée.

Elise

 

_______

Obélix se lève, dans son lit maintenant trop grand : depuis l’accident, rien n’est plus comme avant. Après un petit déjeuner mince, il part de l’autre coté du village, direction la crèche. Il croisa Astérix sortant de sa hutte :
« Salut Obélix ! lança-t-il. Tu viens manger le sanglier avec moi ce midi ?
-Très drôle, bougonna l’intéressé.
-Oups, c’est vrai, j’avais oublié » répondit-t-il.
Obélix reprit son chemin vers la crèche :
« Ah, si seulement rien n’avait changé » se dit-il. En arrivant, Petitegarderix l’aborda :
« Dépêche-toi ! Tu es en retard, les petits braillent ! »
Et Obélix passa sa journée à consoler, nourrir, séparer, organiser, sans pause déjeuner. Tout ça a cause de l’accident : il y a maintenant une lune, Panoramix l’avait convoqué dans sa hutte. Mais Panoramix n’était pas là quand il arriva ; et dans le feu bouillait un chaudron.
« De la potion Magique ! » s’était-t-il dit à l’odeur. Et il ne put résister à l’envie d’en prendre une lampée, puis deux, puis tout le chaudron. Malheureusement, la potion eut l’effet inverse cette fois ci : il perdit 30 kilos, sa force miraculeuse disparut, et il découvrit qu’il ne pouvait plus manger de sanglier, car ceux-ci le dégoûtaient. Ainsi était né le nouveau Obélix. Ne pouvant plus soulever le moindre petit menhir, il fut obligé d’aller travailler à la crèche, un des seuls métiers où l’on avait pas besoin de force. Obélix pensait à tout ça en rentrant chez lui. Quelle calamité ! Astérix rentrait chez lui lui aussi, avec 3 sangliers, des sangliers qu’il détestait maintenant… après un autre maigre repas, la lune se leva, et tout le monde partit se coucher le ventre plein, sauf un… Je vous laisse deviner qui…

Gabin LANDREAU

 

_______

L’aventurier entra dans la caverne. Jusqu’alors, il avait été éclairé par la lune, mais il pleuvait et il fut obligé de se réfugier dans une grotte. Grâce à son briquet, il alluma un feu. Puis, dans le but d’explorer la grotte, il se créa une torche. Son pouvoir incandescent fit disparaître l’obscurité, révélant un gouffre sans fond. L’aventurier décida d’y descendre quand même. Une fois descendu, il découvrit un vrai trésor : des émeraudes, des rubis, des saphirs, et, comble de bonheur, des diamants. Ces pierres précieuses étaient si belles! si brillantes ! Surtout les diamants qui étaient si clairs qu’ils en étaient transparents.

Félix LANDREAU

 

_______

 

Christian Grey est plongé dans le noir, il médite, il pense à ce qu’il a laissé derrière lui, ses buildings, son hélicoptère. Il réfléchit à ce qu’il a fait avec toutes ces filles avant Anastasia. Il pense à ce qu’il a refoulé depuis tant d’années. Les cloches sonnent, il est 6h, Christian est fatigué mais le règlement du monastère est strict. Il y a des règles, il doit se lever et commencer à préparer le petit-déjeuner des frères. Son passé lui manque, Anastasia lui manque et ses envies reviennent, la chambre rouge, ses peurs. Christian chasse ces idées de sa tête, il est arrivé au réfectoire, salue les frères et sert le petit-déjeuner sans un mot. Les heures passent, il a préparé le déjeuner. Cette après-midi son travail est dehors : arracher l’herbe, couper les fleurs. Ses pensés sont avec Anastasia. Il regrette encore cette décision prise il y a quelques jours. « Qu’est ce qui m’est passé par la tête pour faire une chose aussi stupide ? » Une voix derrière lui, lui répond. – « Ce n’est pas stupide, tu vas t’habituer au monastère, tu en as besoin pour laisser s’échapper tes démons du passé ». Christian grogne, lui tourne le dos et s’en va, il veut être seul. Il voudrais sortir d’ici. Au loin sonnent les cloches de 20h. Il sait, encore une nouvelle nuit sans dormir, juste avec ses pensés, sur sa mère, sur Anastasia, sur la chambre rouge et toutes ses envies. Il espère pouvoir dormir quelques heures. Mais cette nuit encore il ne dormira pas.

Mélanie FORGEAU

 

_______

 

Harry, enfin libre d’esprit une fois Voldemort détruit, a désiré quitter l’Angleterre, Londres, la gare de King’s Cross, la magie, Poudlard et tout ce qui l’avait amené au combat si dur qui lui avait fait perdre des amis. Il voulait uniquement repenser à ses parents, à leur amour pour lui, à leur amour de couple. Il a alors volé vers la ville des amoureux : Paris. Que la vie semble douce à Paris !… Harry se réveille au doux son des oiseaux qui se perchent sur le rebord de sa fenêtre. Le soleil brille, à peine parfois caché par un nuage, sans qu’il pleuve pour autant comme en Angleterre. Une fois habillé, Harry descend par un bel escalier en colimaçon jusqu’à la rue et flâne jusqu’à la boulangerie voisine où il s’achète trois croissants, puis jusqu’au marché où il trouve de savoureux smoothies. Une fois rassasié, il rejoint Hermione et Ron, ses amis amoureux qui l’ont accompagné à Paris pour découvrir ensemble les promesses de cette ville.
Comme ils ne font plus appel à leurs pouvoirs pour se transporter, ils prennent ensemble le temps de patiner jusqu’au studio d’enregistrement où ils s’emploient à leur nouvelle passion : créer des vidéos qu’ils peuvent poster sur internet. En effet, Harry Potter est devenu Youtuber professionnel, avec des clips vidéo et musicaux illustrant l’amour et dont Ron et Hermione sont les personnages. Tous les trois cherchent ainsi les recoins les plus romantiques et sympathiques de Paris pour vivre et exprimer sur pellicule les plus délicieux moments qu’une vie peut comporter : l’amitié, le partage, la pleine conscience de la beauté qui nous entoure et mille émotions…. Apaisé, rééquilibré, Harry allait enfin pouvoir autoriser Ginny à les rejoindre…

Nelly LANDREAU

 

_______

Texte 1

            La nuit tombée, noire comme le jais, fût le commencement de mon calvaire. Le premier repas fut telle une horreur car de sang j’étais passé aux légumes. Ayant décidé de ne plus me substanter d’êtres vivants, pour ma douce Mina, j’étais désormais résolu. Ainsi suis-je devenu végétarien. Je n’en pouvais plus et, même si le jus de betterave ressemblait de très loin, le nez bouché, à du sang, mon corps ne s’y méprendrait jamais.
Je me révulsais donc après ce décevant repas me rendant sur les lieux de mon « travail » inhérent à la nature humaine dont je voulais me rapprocher, pour ma tendre Mina.
Mes attributs dentaires ayant fait sensation, j’ai pu me démarquer dans le monde de la mode et fut embauché par les plus grandes marques de dentifrice. Pathétique que le seigneur des ténèbres dû en passer par là, mais c’est une preuve d’autant plus immense de l’amour que j’ai pour toi, Mina.
Tu le vaux bien ! Entends-je encore clamer bien fort mon agent, « avec des dents si
blanches, si parfaites, nous allons devenir riches et célèbres, tu seras l’égérie de toutes les grandes marques. »
Je suis vraiment donné… au moins ai-je l’amour d’une déesse en retour ! Après d’interminables séances photos, je pourrai la rejoindre et nous coulerons ensemble de doux moments d’extase. Cela le vaut bien.

Texte 2

J’étais dans le brouillard de mon âme, la noirceur m’ayant submergé trois ans plus tôt, après la perte de ma femme. Jamais plu je ne pensais pouvoir aimé, rire ou vivre de nouveau, perdu dans les méandres tortueux d’une vie devenue fade sans elle. Et pourtant, au détour d’un parc, alors que je me promenais la vague à l’âme, je fis la rencontre de cette femme, sublime de part sa présence d’âme. Elle dû sentir quelle coquille vide j’étais car elle s’arrêta et prit de son temps pour discuter et s’enquérir, remplissant ce vide que j’aurais cru éternel. C’est alors qu’au fil de nos échanges son sourire, son rire, me réchauffèrent le cœur. Son pouvoir incandescent fît disparaître l’obscurité. Ainsi, je vis et savoure de nouveau, comme quoi dans la vie, une rencontre, une personne, un rire ou un sourire peut vous sauver de l’errance. Dans son écrin, j’ai rencontré une perle.

Tythone

Auteur : lesfabulations

Ateliers d'expression créative en Nouvelle-Aquitaine Structure dirigée par Marie Gréau et Mathilde Durant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s